mardi 16 août 2011

Nos premiers américains

Notre tout premier américain, un innkeeper, (patron de la pension ou nous avons passé nos premiers jours) est un americano-turc avec un balayage soleil et un sourire ultra-brite tout droit sortis d'un épisode de Desperate Housewives, mais aussi la personne la plus gentille de la terre. Ca me fait un peu mal au cul d'apprécier la gentillesse, mais là, je suis coincée.

Il y a eu aussi une cuisinière, venant de Caroline du Nord, qui nous a donné du brie qu'elle fabrique elle-même, une baguette, une challah et des fruits de sa ferme bio.



A la table du breakfast, au Inn dans lequel nous avons passé nos premiers jours, nous avons discuté avec des américains mais pas seulement:

- un type qui venait pêcher. Barbu blanc, 55/60 ans, face rubiconde. Sa femme n'a pas pu venir car elle était souffrante (a mon avis, elle avait juste pas envie de se farcir papy et sa gaule!). Il a essayé de nous dire qu'en France, les French toasts sont servis sans patates ou bacon, mais Mario* ne cessait de lui couper la parole pour lui donner la recette du "pain perdu with old bread"..

- une canadienne de Toronto avec ses deux petites filles; elle est architecte mais fait l'école à la maison à ses filles le matin. Elle aimerait passer une année en France, comme une amie le lui a proposé. L'amie vivant rue Montmartre, je lui ai conseillé d'accepter. La plus jeune des deux fillettes avait une drôle de tête.

- une prof de français à l'université de Malaga; elle finissait son road trip avec son mari allemand et son petit garçon. Elle a adoré New-York et Montreal, mais trouve que les espagnols ne se posent pas de questions sur la guerre civile et Franco, ça la révolte. Elle a finit sa thèse l'an dernier et porte un appareil dentaire.

- la mère de Bob, un gros nounours de 50 ans; elle a trouvé Joyeuse so nice and adorable, a visité souvent le sud de la France et Paris avec des groupes et la prochaine fois, c'est promis, elle saura dire autre chose que "bonnejouwr". Elle a bu un café crème, mangé des oeufs pochés et adoré son crispy bacon.

Maintenant je suis chez moi et j'écoute le journal de 19h de France Inter en buvant mon thé de midi.

5 commentaires:

ariana lamento a dit…

beaux portraits, je me régale d'avance.
idem pour France inter.

Tifenn a dit…

Une Ariana et une Affreuse pour nous raconter les US, nous sommes gâtés. Je vais m'abonner aux AA.

Agnès a dit…

tu me fais vraiment rire. ce qui est rare. merci.

philachev a dit…

jolis portraits, bien coupés en brosse :)

L'affreuse a dit…

à tous> Merci! mais Ariana a raison, l'américain est un don du ciel pour le caricaturiste amateur!