vendredi 27 mai 2011

Ca me troue le cul

Dans des commentaires d'un billet précédent, Tifenn et Ariana, des lectrices gentilles et attentionnées, quoique vulgaires, ont montré leur intérêt pour les expressions du genre "ça me troue le cul".

Moi-même, en comité restreint (type mon couple ou le web mondial), j'affectionne de dire des horreurs.
Je les recense aujourd'hui, histoire de faire un point.

Un ragondin, une insulte en soi

A propos de ragondin et avant de passer à la suite, sachez que si l'on vous sert une terrine de "lièvre des marais", il s'agit de pâté de ragondin. Méfiance. Un animal aussi laid ne peut pas vraiment être bon.
Sachez aussi que ses dents sont oranges, physique de hamster, corpulence d'un gros chat. Voilà pour la note "découverte du monde".

- "Faut qu'je pisse"
 (je bois beaucoup de thé toute la journée, ça revient souvent)

- "dans ton cul"
(en tant que femme de confiance, je suis souvent sollicitée dans mon foyer pour aider à retrouver des choses; je m'efforce autant que possible de marmonner le plus discrètement possible le "dans ton cul" si la demande vient de mes enfants, mais un jour, je le sais, je craquerai)

- par extension: "dans ton cul le kinder bueno"
(à Jo-Wilfried Tsonga qui perd le tie-break du 3ème set) (edit: qui perd le 5ème set 6-3)

- "gros con"
(quand mon mari affiche un visage béat en me disant "ma chérie") (ça me fait beaucoup rire) (ça va, c'est pas tous les jours non plus)

- "pute à cul" ou "sa mère la pute"
(en lieu et place de "connard" si le connard s'avère être une femme)

- je fais souvent des doigts d'honneur, au volant, voire dans la rue, ou chez des gens sans aucune tenue, mais je devrais arrêter, parce que ça apporte souvent des ennuis assez effrayants (les gens sont fous)

- si je ne peux pas faire de doigt d'honneur en raison du lieu où je me trouve (avec des enfants ou avec des gens sensément polis, ce qui est un peu mon quotidien), je tends ma main avec élégance et je propose à la personne concernée* de choisir un doigt.

- "faites pas chier l'homme"
(ça vient de "Quand Harry rencontre Sally"; l'expression se veut un avertissement concret qu'il faut pas m'embêter, en général, dans l'heure et demie qui suit mon réveil) (nuit ou sieste) (sieste du matin ou de l'après-midi) (exceptée sieste de plage) (si soleil)

Faites pas chier l'homme:
Joyeuse sur les traces de sa mère

  
*je vous rassurerai peut-être en vous avouant qu'en général, 
il s'agit de  mon mari ou de ma mère

8 commentaires:

ariana lamento a dit…

Un des plus beaux billets qu'il m'ait ete donne de lire (pas d'accents aujourd'hui, je suis en Floride), Bravo l'affreuse, je te rejoint sur les expressions dites a voix basse et qui un jour, malheur -- ou bonheur-- sortiront tout haut. Encore bravo, Oh, et le doigt d'honneur, attention, aux US, les gens PEUVENT avoir des armes dans leur voiture, mefie-te.

lapuce a dit…

Pour le ragondin, j'peux rajouter un élément "découverte du monde"? : ça t'égorge un berger allemand si ça veut, c'est très agressif, et ça pullule dans mon sud français. J'aime pô les ragondins.
*
Alors, hey, je manque cruellement de créativité et/ou de culture dans le domaine des expressions imagées ; le "ça me troue le cul" remporte néanmoins la palme, il me frise le bord des lèvres, souvent, et souvent en des circonstances où il vaudrait mieux que je choisissasse mes mots mieux (et là, je cherche désespérément l'équivalent en français châtié, ne trouve pas, et tombe à plat avec un banal "J'hallucine!" ou "Eh bé ..!")
Je me garde donc ce billet sous le coude, histoire de faire joujou et m'entraîner avant mon retour en France.
Salutations l'Affreuse, que je découvre

L'affreuse a dit…

"ça me troue le cul" en langage châtié, chez moi, ça donne "j'en suis pantoise".

Je ne savais pas que le ragondin était dangereux et fort à ce point. J'en suis pantoise.

Tifenn a dit…

Oh, je n'avais point vu ce concentré de langage châtié comme on affectionne ici bas dans nos contrées.
Le "ça me troue le cul" (c'est jouissif de l'écrire, dingue) est l'expression qui m'a laissée muette la première fois que je l'ai entendue, tellement elle est...ce qu'elle est. J'en ai pleuré de rire après aussi. Mais bon, connard, j'adore aussi, en voiture, vitres fermées, enfants sur le trottoir. Les gestes, en revanche, restent sages, je suis trop coincée du cul, faut croire.
Et ce commentaire étant le plus grossier que j'ai jamais écrit, me voila toute joyeuse. Pas la tienne tout de même.
En breton je connais une expression qui dit "ferme ta gueule"...et je sais dire aussi un gros mot en créole, mais faut être créole pour savoir que c'est un gros mot, sinon on dirait un personnage de BD.
Pour dire que un gros mot a plus de sens dans sa langue maternelle...si tant est que les mères apprennent les gros mots aux enfants...
Merci l'Affreuse :-)

L'affreuse a dit…

tifenn> "coincée du cul" j'oserais pas le dire (c'est vrai que ça fait glousser rien que de l'écrire)

Ariana a raison, il vaut mieux éviter les doigts d'honneur: une fois j'en ai fait un à un type qui a râlé parce que j'ai traversé la rue au forcing (sur un passage piéton, accompagnée d'un enfant), il a planté là sa bagnole, m'a couru après et m'a insultée en me menaçant du poing (mon fils à côté)...
j'ai tenu tête et il s'est barré, mais au fond, j'en menais pas large.

helen. a dit…

Alors le ragondin c'est mignon et d'un et le seul rongeur que j'bouffe c'est le lapin...
T'es forte en expression de charretière, ah clairement je te rejoins sur ce point : mon métier m'oblige un discours policé alors je me lache des que je suis en private !

nathinphoenix a dit…

Excellent et bientot les insultes en Anglais... beaucoup moins imagees.

Je rejoins Ariana, pas de doigt d'honneur aux States... c'est dangereux (bon en meme temps tu seras sur la cote est mais mefiance !)

Je sens que tu vas te marrer aux states. Bises

Julie a dit…

Ce billet m'a fait pleurer de rire ainsi que les commentaires ! Merci !!